Victoire au contre-la-montre individuel sur route des Championnats Québécois de paracyclisme

La dernière course avait eu lieu à la fin du mois de janvier 2020, les championnats du monde UCI de piste. Une première course depuis les 6 derniers mois en raison de la pandémie de COVID-19. L’année précédant cette course, le focus avait été placé davantage sur les épreuves de piste, particulièrement la poursuite individuelle de 3km. Tout le travail a donné une belle performance avec un temps sous la barre des 4 minutes, pour la première fois en 10 ans de carrière!

Comme avant chaque course, j’ai respecté ma routine de jour de course; même déjeuner, légère activation, relaxation, se rendre au parcours, enregistrement, visualisation, activation, échauffement, visualisation, course. Malgré la pluie, mon intention était d’avoir un effort stable et bien géré. J’avais un objectif de performance en tête avant la course, un objectif réaliste.

À l’abri de la pluie en attendant que le temps soit venu de me préparer à l’échauffement
Certaines choses de changent pas… Pourquoi froisser ton dossard? Apparemment que ça enlève de la turbulence puisque le dossard est à plat sur la surface. Est-ce que c’est vrai? 🤷🏻‍♀️

Avec un vent de dos à l’aller, il peut être facile d’appuyer plus fort sur les pédales pour aller encore plus vite parce que le wattage est relativement bas. Cependant, on se fait jouer le tour sur le retour car le vent de face amène une surcharge. Il faut savoir doser, mais y aller à fond en même temps. C’est complexe. Durant toute la course, je me suis concentré sur mon coup de pédale; je voulais une cadence fluide et pas trop musculaire. Je connais ma cadence habituelle en contre-la-montre et c’est ce que j’ai voulu conserver. Par contre, utilisant un power meter différent et un crankset n’ayant pas le même ratio que d’habitude, ce n’était pas facile de trouver les repères habituels, en plus du fait que ça faisait longtemps que je n’avais pas fait d’efforts de contre-la-montre.

Tout ceci mis ensemble, il y a des performances satisfaisantes et il y a les autres, celles qui servent à prendre conscience de ce qu’il y a à travailler et l’utiliser pour rebondir.

La semaine dernière, j’ai eu la chance de prendre part à un autre DTE (Daily Training Environment) organisé par Cycling Canada au Centre National de Cyclisme de Bromont. Pouvoir reprendre contact avec l’équipe est un bonus en ce temps de pandémie et c’est un rappel à quel point cette équipe a toujours été soudée, même dans les temps difficiles.

Au menu, un entrainement de contre-la-montre et des endurances de base sur les routes sinueuses des Cantons-de-l’Est et des parcours en côte à Sutton. D’une montagne à l’autre, Bromont à Sutton.

Des paysages à couper le souffle en allant vers Sutton
Et en revenant vers Bromont
Il y avait un parcours comme ça aussi