Aller de l’avant pour les sports adaptés

2 km tous les jours pendant une journée, au nom du sport adapté. L’idée semblait assez simple en ce début d’année. Ce serait un engagement, pas une résolution de nouvelle année ou un objectif. Au bout de 4 jours, il est devenu automatique de se réveiller, de s’habiller et d’aller courir ou marcher sur 2 km. Après la première semaine, j’étais content que tout se passe bien, ça faisait du bien de sortir tous les matins, peu importe le temps qu’il faisait -35 ou -5, venteux ou pas, j’y allais quand même car beaucoup de gens avaient être dehors aussi bien pour le travail que pour que les enfants aillent à l’école. S’ils peuvent le faire, je peux le faire aussi ! Donc je pensais… Après la deuxième semaine, j’ai remarqué l’effet positif sur mon esprit que le fait de sortir tous les jours avait, sans parler des changements physiques que j’ai commencé à remarquer. Tout était positif, jusqu’à ce que ma cheville gauche commence à me faire mal, à la 3e semaine de mes fiançailles.

J’ai dû avoir des traitements de physio

Le problème était la mobilité de la cheville ; suite à un accident en 2005, une barre de métal a été placée dans ma jambe pour favoriser la cicatrisation des os. Cependant, il pourrait y avoir des problèmes de mobilité avec la course par exemple, en raison de l’impact avec le sol. Il avait toujours été entendu que je m’en tiendrais au trail car le gravier et les chemins de terre sont plus mous que le béton et l’asphalte. Ce n’était pas un problème du tout, je préférerais être dans les montagnes de toute façon et c’est facilement accessible de là où j’habite.

La marche étant un peu pénible, le kiné prescrivait des exercices de mobilité, mais ce qui était plus difficile sur le plan mental était de faire une pause sportive d’au moins 2 semaines. Pour la première fois depuis longtemps, mon esprit n’était pas aussi positif que d’habitude et je me suis retrouvé à m’attarder sur des pensées négatives parce que je ne bougeais pas autant et que je n’avais pas une dose quotidienne d’air frais. C’est vrai que pour beaucoup de gens, c’est la vie. C’est pourquoi cet engagement est important pour moi. Pourquoi?

Le sport est synonyme d’inclusion. Le sport est synonyme de mouvement. Le sport est synonyme de socialisation. Le sport signifie beaucoup de choses pour les personnes vivant avec un handicap et c’est pourquoi je veux amasser des fonds pour la Fondation du sport adapté ici même à Knowlton, Québec. Ils mettent à disposition des personnes en situation de handicap des équipements adaptés pour leur permettre de pratiquer des sports de pleine nature. Tout le monde mérite d’être actif de la manière qui lui est accessible !

Quant à moi, l’engagement de marcher ou de courir 2 km tous les jours reprend, avec une stratégie différente qui n’empêchera, espérons-le, aucun problème de mobilité. Je prévois assister au Bromont Ultra Challenge en 2022 (selon l’horaire des courses) ou 2023, où les fonds amassés seront remis à la Fondation du sport adapté.

Parfois, il faut apprendre à marcher avant de pouvoir courir !

Soutenez mon engagement en faisant un don via cette campagne Gofund Me .

2022 et une chaussure de course

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.